Dylan Danot se prépare pour le MAF France au 3IFA

La journée du Lundi 18 Mars a été exceptionnelle pour Dylan Danot. Ce jeune apprenti du 3IFA de bientôt 17 ans, il les aura le 3 Avril veille du concours national 7 et 8 Avril, s’est vu offrir un cadeau merveilleux par son formateur Christophe Paumier-Gasse. En effet, moins de 3 semaines avant son anniversaire, son formateur lui a dédié toute une journée pour qu’il puisse se préparer au mieux à la finale nationale du concours de Meilleur Apprenti de France « MAF ».

 Un apprenti studieux et doué

Le fait de voir Dylan a ce niveau du concours ne doit rien au hasard. A tous ceux qui doutent que le travail paie, il suffit de regarder les notes qu’obtient Dylan dans toutes les matières. Actuellement en CAP 2ème année, il dépasse les 14 de moyenne et file tout droit vers le Brevet professionnel l’année prochaine.

Et ce résultat, il le doit autant à son talent qu’à son envie de réussir.

Faire le MAF, l’expérience d’une vie

Lors de cette journée, pas de moins de 10 professionnels se sont rendus disponibles pour Dylan dont son employeur Sébastien Ruffier. Ce dernier, qui forme des apprentis dans sa boucherie à Argentan depuis plus de 10 ans,  fera tout pour offrir les meilleurs chances à son apprenti d’ici au concours et continuera de lui donner toute l’aide possible.

6 anciens Mafistes (qui ont participé à la finale nationale du MAF) ont pris leur journée pour préparer Dylan. Pour tous, cette finale du MAF leur a offert un apport d’expérience que rien d’autre ne peut offrir.

Julien Forget, apprenti pendant 3 ans au 3IFA, garde un souvenir magique de ce concours où il a pu rencontrer d’autres apprentis dans un cadre unique sur la vue du mont blanc d’un CFA perdu en Haute Savoie.

Yannick Coulbault qui a passé son BEP en 2002 avec Mr Paumier-Gasse se souvient d’une organisation unique et de la reconnaissance médiatique qu’il a découvert grâce à ce concours.

Ensuite, participé à ce concours leur a aussi ouvert des portes pour rentrer dans la vie active car comme le dit Julien Blot, boucher installé maintenant au Theil, « la mise en valeur de ce concours dans ma boutique m’offre toujours des remarques positives de la part de mes clients ».

Le désossage contre le ficelage!

Lorsqu’on leur demande à tous quel est le point fort de Dylan, ils répondent en coeur : le désossage. Cette technique qui vise donc à enlever les os d’une viande est réalisé à merveille par ce forçat de travail. En furetant, on a pu entendre qu’une telle efficacité est rare chez un apprenti de 17 ans. Gageons que les jury présents les 7 et 8 Avril à Tours seront du même avis!

Reste que s’il a des points forts, l’apprenti de Mr Ruffier doit aussi travailler ses points faibles. Le ficelage en fait partie et il lui reste 3 semaines pour s’améliorer sur l’utilisation de la ficelle. Mais, avec l’apport de son employeur et de Christophe, son formateur en boucherie au 3IFA, Dylan fera ce qu’il faut pour combler les lacunes qu’il peut rencontrer.

Un concours toujours particulier…

Toutefois le but de cette journée était avant tout de préparer Dylan à la difficulté d’un concours national. L’univers y est différent, le stress y très important. Les jurys scrutent, décortiquent, s’échangent des messes basses et pendant ce temps Dylan devra continuer à faire ce qu’il aime sans se déconcentrer.

Durant cette journée, ils ont repassé en vue toutes les épreuves auxquelles l’apprenti en CAP sera confronté. Mais une épreuve sera plus dure que toutes les autres: le stress! Sur la fin de journée, les anciens Mafistes ont endossé le costume de jury et ont demandé, sous l’impulsion de leur ancien formateur Mr Paumier-Gasse, à Dylan de finir le travail de la journée en décorant ses préparations de la même façon qu’au concours. En 1 heure et demie, il a du montrer son savoir-faire avec 9 de ses pairs qui le regardaient et analysaient le moindre de ses mouvements.


Lors de cette « torture » psychologique que tous ceux qui ont participé à un concours connaisse, Dylan a montré que le stress est sûrement le plus coriace des adversaires. Même si son talent lui a permis de faire face à la difficulté, il devra apprendre à bien maîtriser le temps et l’environnement dans 3 semaines.

Christophe Paumier-Gasse où la formation par l’amour!

Etre formateur est un métier que l’on choisit par passion. Etre boucher est un métier que l’on choisit par passion. Alors imaginer être un formateur en boucherie…

 

Quand on demande à tous les anciens Mafistes qui ont été formé au 3IFA ce que leur a apporté cet homme passionné qu’est Christophe Paumier-Gasse, de façon surprenante, ils répondent son côté humain. Un boucher est confronté tous les jours à ses clients et un bon boucher est aussi un bon commerçant. Et même s’il cite aussi comme apport le côté technique, ce qu’ils gardent le plus en tête de leur passage au 3IFA d’Alençon, ce sont les rapports avec leur formateur qu’ils appellent aujourd’hui Christophe.

Et cette journée est tout un symbole pour Christophe justement. Des anciens apprentis qu’il a formés et qui dans la vie de tous les jours pourraient être concurrents sont venus, à son initiative, lui prêter main forte pour que Dylan reçoive le maximum de conseils.

Justement, un dernier conseil?

Tous les participants à cette journée ont le même conseil pour cette graine de champion. FONCE! Dylan ne doit pas stresser et vivre au maximum ces deux journées.

Et pour savoir si Dylan a une chance de gagner, il suffit de regarder les yeux de son formateur qui se mettent à briller quand on lui pose la question.

About The Author

nbusnot

Né le 10/06/1982, deux enfants Eloïse et Raphaëlle (4 et 2 ans)

Other posts by

Author his web site

20

03 2013

1Trackbacks/Pingbacks

  1. L'actualité du 3IFA! » Blog Archive » Dylan Danot, 4ème apprenti de France! 30 04 13

Your Comment